Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2010

La rage

01/07/2010

No surrender

24/06/2010

All over the world

18/06/2010

Tu perds ton sang froid

11/06/2010

Live in 72'

04/06/2010

Dylan

19/04/2010

Si tu disais...

Françoiz Breut et Calexico en concert.

04/04/2010

Ferrat (2)

02/04/2010

Ferrat (1)

21/12/2009

Guthrie par Springsteen

Version en concert de la chanson Vigilante man de Woody Guthrie par Bruce Springsteen.

18/12/2009

C'était le bon temps

Great things par Echobelly

16/10/2009

Monochrome

11/10/2009

Marlango : It's alright

06/09/2009

The rising of the moon

And come tell me Sean O'Farrell where the gath'rin is to be

At the old spot by the river quite well known to you and me

One more word for signal token whistle out the marchin' tune

With your pike upon your shoulder by the rising of the moon

By the rising of the moon, by the rising of the moon

With your pike upon your shoulder by the rising of the moon

Paroles : J.K. Casey

Musique : Turlough O'Carolan

03/07/2009

Emmerdeuses, emmerdantes, emmerderesses

 

10/06/2009

En hommage à Quentin Tarantino

The green leaves of summer, interprété par The brothers Four pour leur concert anniversaire de Kingston. Le morceau, sur une musique de Dimitri Tiomkin, a été composé pour le film épique de John Wayne, Alamo (1960) et utilisé de belle manière en ouverture du nouveau film de Quentin Tarantino, Inglorious Basterds. Ca crée des liens.

24/05/2009

La (trop) rare Françoiz Breut

D'abord, elle a une très belle voix. Bien timbrée, posée, un rien sensuelle aussi, dont on sent la force et l'assurance. Une voix qui contraste avec son allure juvénile voire presque fragile. Françoiz Breut est pleine de vie et d'énergie, ce qu'elle projette à travers la poésie de ses mots choisis. Elle déroule ses phrases comme autant d'invitations à des cavalcades en plein champ, des soirées sous les arbres ou de longues ballades en voiture. C'est une chanteuse d'atmosphère et de mouvement. Et puis elle ne manque pas d'humour.

A l'aveuglette.jpg

Musicalement, elle n'est pas la compagne de Dominique A. pour rien. C'est lui qui l'a aidé à se lancer après qu'elle ait mis ses talents de dessinatrice au service de Si je connais Harry. Et je n'avais pas été surpris de la voir collaborer avec Yann Tiersen sur l'album Black Session ou avec Louise Attaque. Tout ça, c'est un peu la même famille. Riche en harmonies et en sonorités, la musique forme un écrin à sa voix, brassant de nombreuses sources d'inspiration qui ramènent tant à des mélodies d'enfance qu'à la puissance évocatrice du rock ou encore à des souvenirs de cinéma. Comme souvent en ce qui me concerne, c'est par là que je l'ai découverte. Je déambulais dans les allées de la FNAC quand j'entends tout à coup sa reprise de La chanson d'Hélène du film de Claude Sautet, Les choses de la vie. Coïncidence heureuse, je venais de découvrir le film récemment. Ce fut le coup de foudre. Une question au vendeur plus tard, je repartais avec l'album de 2000 Vingt à trente mille jours. Aujourd'hui encore, il fait partie de ceux que je réécoute avec toujours autant de plaisir, à commencer par l'électrisante chanson titre. J'ai rapidement mis la main sur son premier opus sortit en 1997 et qui porte son nom, Françoiz Breut. Il manque un peu de relief mais contient déjà tout ce qui fait son talent. Et puis il y a cette belle chanson qu'est Ma colère, qui sera reprise plus tard par le groupe Calexico.

Il faudra être patient pour avoir la suite. Françoiz Breut est une artiste complexe qui mène de front sa carrière de chanteuse et celle d'illustratrice de livres pour enfants. Question dessin, elle en donne un bel aperçu avec le clip de Si tu disais que je vous ai posté il y a peu. Elle multiplie les expériences, donnant des concerts avec Calexico, chantant entre autres sur le superbe morceau Ballad of Cable Hogue que je n'avais pas résisté à l'envie de vous montrer. Quand on parle d'imaginaire cinématographique...

En 2005, ce sera Une saison volée, un bien bel objet dont le livret opérait la fusion entre les deux cordes principales de son arc : le dessin et la chanson. Un bien bel album tout en délicatesse, chantant l'amour en français comme en anglais et en espagnol (le troublant Ciutad del Mar). Françoiz Breut y affirme l'originalité de son talent et devient de ces artistes dont le charme, une fois opéré, traverse les années. Mais enfin, cinq ans entre deux albums, c'est long. Elle aura eu pitié, sans doute, et c'est fin 2008 que sort son nouvel opus, A l'aveuglette.

Plutôt sobre d'aspect, l'album déploie 14 morceaux dont 3 instrumentaux assez courts comme des respirations au sein d'un ensemble parfaitement cohérent d'autant qu'elle est cette fois l'auteur de tous les textes. Les chansons rejettent la traditionnelle forme couplet/refrain pour un déroulé poétique, une déclamation mélodieuse qui entraîne par son rythme dans des univers intimes.

Je suis à l'autre bout de la terre

Et j'ai perdu tous mes repères

Avec toutes ces formes incertaines

Griffonnées, se noyant

Dans les reflets de l'océan

L'immensité des continents

D'avoir utilisé ses propres mots, Françoiz Breut a gagné en proximité, en intimité, créant un lien délicat mais d'autant plus fort avec ses auditeurs. On retrouve ses motifs de prédilection, la douceur et la douleur de l'amour en premier lieu, et puis quelque chose qui a à voir avec un intense appétit de vivre. Une urgence comme dans L'automne avant l'heure. Un appel à changer son destin et à ne pas se laisser enfermer dans Nébuleux bonhomme.

Les jours joyeux sont là

Juste à portée de main

Je cours et je respire

Et continue tout droit

Dans Dunkerque, elle cherche à décrocher la lumière des étoiles. Dans Mouchoir de poche, elle s'imagine insecte, découvrant dans l'infiniment petit un monde à découvrir comme le héros de L'homme qui rétrécit de Richard Matheson.

Et quand les minutes se précipitent

Je les dévore à pleines dents

Et je prépare mon envolée

A l'aveuglette est plein d'images et d'atmosphères, de mots qui se télescopent, de phrases moelleuses et de rythmes envoûtants. Mais le morceau le plus enthousiasmant est sans doute Les jeunes pousses, porté par des cuivres lyriques, véritable hymne à l'énergie de l'enfance, à sa vitalité. Une chanson pleine d'espoir et de foi en l'avenir qui fait passer comme une grande rafale de vent frais. Ça fait un bien fou. Françoiz Breut est une artiste rare, rare par sa faculté de nous toucher au plus profond, rare par la force de sa poésie, trop rare parce que l'on aimerait bien la voir dans le sud, et que l'on aimerait bien aussi qu'elle ne nous laisse pas si longtemps sans nouvelles.

Le disque

Sur Benzinemag

Sur Popnews

Sur Pinkushion

Sur Myspace

Son site

09/05/2009

Si tu disais (Françoiz Breut)

 

06/05/2009

Les jeunes pousses (Françoiz Breut)

28/03/2009

Trio

Yann Tiersen, Dominique A. et Christophe Miossec travaillent sur le morceau Le Jour De L'Ouverture de l'album Les Retrouvailles. L'extrait est tiré du film La traversée de Aurélie du Boÿs qui a fimé Tiersen dans la création de l'album de mars 2004 à janvier 2005.