Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2009

La Retirada

La Retirada signifie "retraite" en espagnol. Le mot est plus spécifiquement associé à l'exode des républicains espagnols vers la France, à l'hiver 1939, après la chute de Barcelone le 26 janvier. Franco est vainqueur, Madrid tombe le 28 janvier et le gouvernement républicain fuit au Mexique. De la Catalogne, en quelques semaines, ce seront près de 500 000 réfugiés qui passeront la frontière dans les Pyrénées. Les fascistes sur les talons, les espagnols pensent arriver chez un allié bienveillant. Mais en 1939, le Front Populaire n'existe plus et la France n'est pas préparée à un tel afflux de réfugiés. Les espagnols sont « accueillis » avec réticence et improvisation. Le gouvernement construit en hâte quatre camps que, par une ironie de l'histoire, ils nomment « camps de concentration » expliquant fièrement que ce ne sont pas des prisons. Les conditions y seront très dures, d'autant qu'une vague de froid aggrave la situation de ces gens, civils et militaires, hommes femmes et enfants, qui ont tout perdu et ont du jeter aux postes frontières leurs armes. Sur la plage d'Argelès sur mer, par exemple, il fallu dormir dans le sable les premiers temps.

Cet épisode des camps, outre sa forte charge symbolique compte-tenu de l'époque, restera dans la mémoire des républicains espagnols comme une épreuve humiliante ajoutée à la défaite. Et une forte désillusion sur la patrie des droits de l'homme. Cela n'empêchera pas certaines solidarités, ni l'engagement de certains républicains dans la Résistance et les FFI. Cela ne dois pas occulter l'attitude méprisante des geôliers français (A un officier français, un soldat espagnol déclare : « Ne soyez pas si fier, vous serez les prochains ») ni que ces camps débouchèrent pour certains républicains sur un transfert dans des camps plus « classiques » comme Buchenwald.

retirada couverture.jpg

La Retirada, le livre édité par Actes Sud, est une œuvre à plusieurs voix. Celle de Josep Bartoli, un dessinateur, soldat républicain, qui trouvera avec son crayon la force de lutter encore. Celle de son neveu, Georges Bartoli, dont les parents vécurent aussi cette épreuve et qui est interrogé par Laurence Garcia et livre une réflexion sur la mémoire et le destin de ces réfugiés qui finirent par s'établir en France, souvent en prendre la nationalité et déboucher un champagne amer lors de la mort de franco en 1975. Les dessins de Josep Bartoli sont d'une force et d'une originalité peu commune, comme la vie de cet homme, dessinateur de presse, combattant engagé du côté des anarchistes et dont la femme, enceinte, périra dans un train bombardé alors qu'il tentait de passer en France. Ses dessins réalisés dans les camps traduisent sa douleur et celle son peuple. Sa rage aussi face à l'attitude des français inconscients du péril qui guette. Bartoli s'évadera, passera finalement au Mexique où il deviendra, entre autres, un ami de Frida Khalo. Il restera a jamais un combattant anti-franquiste. Comme son frère, le père de Georges. Face à ces modèles, ce dernier poursuivra leur engagement en devenant journaliste, reporter photographe et s'intéressera à d'autres peuples réfugiés comme les kurdes ou les palestiniens.

Éclairant une page peu glorieuse de notre histoire (il en reste, on en trouve tous les jours), le livre rappelle aussi que le siècle des extrêmes a été un long combat, au delà des luttes entre états, entre une certaine forme de barbarie et ceux qui se dressèrent devant elle pour un pays « qui est tous les pays à la fois et aussi celui de la liberté ». Il s'inscrit dans la lignée du très beau « Les soldats de Salamine » de Javier Cercas et cette idée du combat obstiné et toujours recommencé.

 

Le livre

Un article sur l'histoire de la Retirada

Sur nopasaran36, un article sur la Retirada et les camps avec de nombreuses photographies.

28/03/2009

Trio

Yann Tiersen, Dominique A. et Christophe Miossec travaillent sur le morceau Le Jour De L'Ouverture de l'album Les Retrouvailles. L'extrait est tiré du film La traversée de Aurélie du Boÿs qui a fimé Tiersen dans la création de l'album de mars 2004 à janvier 2005.

22/03/2009

La télévision comme je l'aime

Damien Saez secoue les victoires de la musique. Vous en avez sûrement entendu parler.

09/03/2009

Nice monochrome (2)

Et voici le contre-champ de la certe d'hier, en bleu cette fois. La partie gauche montre l'entrée du casino de la jetée promenade, face à l'hôtel Ruhl, belle bâtisse dans le style 1900. Hélas, ces superbes hôtels ont presque tous disparus aujourd'hui, à l'exception notable du fameux Negresco. Le Ruhl a été remplacé en bien plus moderne et bien plus moche (verre et acier) par l'hôtel Méridien au milieu des années 1970. Question d'époque. (Collection personnelle)

Nice2.jpg

08/03/2009

Nice monochrome (1)

Je suis bien irrégulier sur l'Hispaniola ces derniers temps. Voici donc le retour des fonds de placards avec cette belle carte postale de Nice qui montre son fameux Casino de la Jetée-Promenade. Cet édifice imposant et élégant est né du désir de concurrencer Monte-Carlo et d'attirer les riches touristes. Le projet prend forme en 1882 et l'ensemble qui comprend kiosque à musique, théâtre et salle de concert est inauguré un dimanche 1er avril 1883. Hélas pour lui, quatre jours plus tard, il est dévasté par un incendie. Il faudra attendre 1891 pour qu'il soit pleinement opérationnel et devienne, pour toute une génération, l'un des symboles les plus fort de la vie mondaine en ville. Durant la première guerre mondiale, il est transformé en centre de convalescence pour les blessés avant de reprendre pleinement son rôle en 1923. Nouvelle période faste jusqu'à la seconde guerre mondiale et l'occupation allemande qui provoque sa fermeture en décembre 1942 puis, en 1944 sa démolition, l'armée d'occupation récupérant les métaux, cuivre et fer. Le 26 mai 1944, les piliers, ultimes traces du prestigieux bâtiment sont dynamités.

Nice1.jpg

La carte est assez vivante avec l'enfant qui se retourne au premier plan et donne le sentiment de bien saisir l'ambiance de la Promenade des Anglais  avec ses estivants en costume sur les galets. (collection personnelle)

14/02/2009

De peur que je n'apprenne ...

De peur que je n'apprenne à te connaître trop facilement,
tu joues avec moi.
Tu m'éblouis de tes éclats de rire pour cacher tes larmes.
Je connais tes artifices.
Jamais tu ne dis le mot que tu voudrais dire.
De peur que je ne t'apprécie pas, tu m'échappes de cent façons.
De peur que je te confonde avec la foule, tu te tiens seule à part.
Je connais tes artifices.
Jamais tu ne prends le chemin que tu voudrais prendre.
Tu demandes plus que les autres, c'est pourquoi tu es silencieuse.
Avec une folâtre insouciance, tu évites mes dons.
Je connais tes artifices.
Jamais tu ne prends ce que tu voudrais prendre.


Rabindranath Tagore
Le Jardinier d'amour, XXXV

11/02/2009

Love you more

05/02/2009

Par principe

Boycott.jpg

19/01/2009

The rising

10/01/2009

Bon anniversaire

Tintin.jpg

08/01/2009

2009

Une belle année 2009 pleine de ressort à tous les visiteurs de l'Hispaniola.

2009.jpg

La danseuse polonaise Kazimiera. Photographie Gjon Mili (1939). Source : Life

30/12/2008

Eartha Kitt

28/12/2008

Poix de Picardie

Vous avez peut être eu la curiosité de cliquer ce lien récent de la catégorie L'Ile mystérieuse. Vous vous souvenez peut être aussi que j'avais ouvert ma série fond de placards avec une carte postale de la petite ville de Poix de Picardie. C'est là en effet que j'ai passé une bonne partie des vacances de mon enfance. Mes grands parents y étaient installés et tant que j'ai vécu à Paris, nous allions nous y mettre au vert régulièrement. Comme on trouve tout sur Internet (ou presque), je cherche de temps à autre des images de cet endroit qui a peu changé avec le temps. C'est ainsi que je suis tombé sur ce blog étonnant d'un cartophile qui a compilé tout un tas de documents sur Poix. C'est ainsi que j'ai retrouvé, non sans émotion, des vues de la maison que mes grands parents occupaient, un appartement dans l'ancienne gendarmerie aujourd'hui désaffectée et en bien mauvais état. Il y a également une carte postale du square dans lequel j'allais jouer. Ce que je trouve assez amusant également c'est que l'auteur de ce blog est philatéliste et amateur de course à pied, deux caractéristiques de mon grand-père maternel, marchand de timbres de profession et coureur à pied. Moi qui aime les coïncidences...

« Il ne faut jamais revenir aux temps cachés des souvenirs du temps béni de son enfance

Car parmi tous les souvenirs ceux de l’enfance sont les pires, ceux de l’enfance nous déchirent »

(Mon enfance -1968 -Barbara/Barbara)

22/12/2008

Joyeuses fêtes à tous

Le Boss à Paris en 2007

"Est-ce que vous croyez au père Noël ? "

13/12/2008

Betty dancing

12/12/2008

Hommages

La reine des pin-ups et le roi du fantastique nous ont quitté.

betty_page_merry_xmas1.jpg

Betty Page 1923 – 2008

404px-Forrest_J_Ackerman_at_the_Ackermansion.jpg

Forest J. Ackerman 1916 – 2008

Images : site Betty Page et Wikipedia

11/12/2008

Des nouvelles de Brenda Kahn

Évidemment, image et son ne sont pas de très bonne qualité, mais Brenda Khan doit savoir que son fan club français est toujours à l'affût. Voici donc, opportunément mise en ligne, une vidéo de l'une de ses dernières apparitions publiques. Un concert donné au Lach's Anti-Folk Revival au Sidewalk Cafe, East Village, NYC le 23 octobre 2008. une chanson que je ne connaissais pas.

24/11/2008

Working on a dream (cadeau)

dream.jpg

22/11/2008

Publicité au verso

Deux publicités au goût rétro pronnonçé, le verso des romans Fleuve Noir dont je vous ai posté les couvertures colorées il y a quelques semaines. Le charme naïf des années 50.

Angoisse.JPG
Aventurier.jpg

15/11/2008

La jeune femme en blanc

J'allais titrer "La mariée", mais en fait c'est peut être une communiante. Ma connaissance des rites catholiques ne me permet pas de trancher. Dans tous les cas, elle n'a pas l'air à la noce. Je sais c'est facile, mais je n'ai pas pu résister.

Mariée.JPG